FOYER BETHLEEM: UNE FENETRE SUR LE MONDE

IMG_3474.jpg

C’était le 25 mars 2004: la première maison de la communauté des Camilliens bien restaurée et pleine de décorations de fête, accueille en procession plus de 50 enfants handicapés et abandonnés – quelques-uns  en chaise roulante, d’autres dans les bras des adultes, certains à pied . Du pavillon Foyer B du Foyer Saint Camille, accompagnés par les religieuses, le personnel, les religieux et séminaristes animent les chants. Sur la petite esplanade, le p. Pierro Montagna procède à la bénédiction de la maison, tandis que le p. Crescenzo, dans de brefs mots de circonstance, souligne cet évènement comme un passage à la vie

et à la joie: «La maison, qui a appartenu à un chef de guerre, est devenue le foyer de vie. Les petits enfants, avec leur envie de vivre et leurs cris, apportent de l'espoir et de la joie, alors que la guerre apporte la souffrance et la mort.

Comme Marie et Joseph ont reçu avec joie et empressement l’enfant Jésus, de même au Foyer Bethléem nous nous empressons d’aider et prendre soin de nos petits hôtes avec amour et compétence afin qu'ils puissent grandir en bonne santé, sereins et ouverts à la vie".

Le Foyer Saint Camille est né pour cela : donner accueil, soins et chaleur aux handicapés et abandonnés, qui sont nombreux dans le pays. Plusieurs d'entre eux avaient été hospitalisés depuis le début: c’était l'année 2002 et le Foyer A et B progressivement allait se remplir d’enfants, même malades. Dans le temps est née l'idée de faire du Foyer un centre de santé, de sorte qu'il n’était plus possible de retenir dans les salles les abandonnés et handicapés avec les malades. Et c’est ainsi qu’est né un pavillon à part entière, pas séparé de l'hôpital, appelé Foyer Bethléem. A Bethléem de Judée a été accueilli l’enfant Jésus avec joie par Marie, Joseph et les bergers. Au Foyer Bethléem en Haïti, sont accueillis avec amour les petits enfants dans lesquels Jésus s’est identifié le plus; parce qu'ils sont les plus nécessiteux, les plus faibles, les plus exposés: " Celui qui accueillera l’un de ces petits enfants, c’est moi-même qu’il accueille". La gestion du Foyer Bethléem, transférée en 2013 aux Sœurs Servantes des Malades de Saint Camille, idéalement et humainement les plus expertes pour transmettre la "tendresse maternelle", selon le désir de Saint-Camille, est une confirmation que les idéaux initiaux continuent et se renouvellent dans le temps. Dans cette même année, est née l'idée de restructurer le Foyer, de trouver quelques mesures pour éliminer les obstacles aux handicapés et rendre l'ambiance plus accueillante tout en leur offrant un personnel de service bien formé travaillant avec compétence, le cœur et l'esprit. Ce personnel guidé à donner de son mieux  pour assister Jésus souffrant dans les enfants malheureux et défavorisés, devient: créatif, organisationnel, propre, aimant de la beauté, l'ordre, en harmonie avec le cœur et l'esprit de Saint-Camille qui voyait dans les petits et les souffrants, "nos seigneurs et maîtres."

Il n'est pas facile et même pas gratifiant d'être toujours en contact avec les personnes handicapées. Le stress et la démotivation sont toujours à la porte. Il n’y a pas de répit,  de soutien et d'encouragements. Et voilà! Les journées  de détente  et de socialisation pour le personnel en dehors de l'ambiance habituelle, sont des journées de relaxation pour les enfants en état d’être transportés afin de respirer plus d'air frais hors des murs habituels, accompagnés d'une religieuse, d'un religieux et du personnel employé. C’est intéressant et émouvant en même temps de voir le visage des enfants qui semblait auparavant inexpressif, prendre les caractéristiques du sourire. Ces enfants, qui n’ont connu que la négligence et la privation - la privation d’une caresse, d’un baiser, d’un câlin – maintenant avec un geste de  tendresse, acquièrent un visage plus humain même si défiguré par l'épreuve. 

IMG_1550.JPG
IMG_1570.JPG

Qui sont ces enfants-là ?

Actuellement il y a 100 enfants abandonnés qui vivent dans le Foyer Bethléem, entre l’âge de 2 à 20 ans .

Les handicapés nécessitent une assistance complète. On a essayé de confier quelques-uns d'entre eux à des familles, mais après 2 ans d’expérience, on les a ramenés au Foyer Saint-Camille. En les voyant physiquement dans un état déplorable, on a jugé bon de ne pas les laisser avec ces familles vu qu'en réalité, celles-ci adoptaient les enfants en vue d’obtenir l’aide pour elles-mêmes. Par ailleurs, il y avait 9 enfants abandonnés demeurant toujours à l’hôpital qui ont été remis à leurs familles respectives qu'on avait heureusement retrouvées. En outre, on a confié d'autres enfants à des familles de confiance, pendant qu’on continue à les assister à travers des programmes d’adoption à distance (Ecole, Santé, Nourriture).

 

Assistance

Sous les directives des Sœurs Servantes des malades, travaillent une équipe de trois Infirmières /Auxiliaires, et une équipe de 17 femmes pour les différentes tâches de la maison. Les deux équipes offrent l’assistance et le service 24h sur 24. Dans les cas de maladie et d'urgence, on peut toujours demander la prestation médicale du Foyer Saint Camille.

Chaque matin de 8h30 jusqu'à 12h30, il y a un physiothérapeute qui est là pour faire la réhabilitation ; aussi, certains des enfants ont pu avoir la chance d’améliorer leur condition d’handicap.

Activités  pastorales

Pendant l’année il y a toujours des Amis/es et d'autres personnes qui visitent le foyer Bethléem seuls ou en groupe. Dans des occasions spéciales nous organisons des fêtes en leur honneur.

De plus le foyer Bethléem est un lieu favorable pour exercer le charisme de l’amour miséricordieux de Dieu envers les derniers ou pour faire l’expérience forte de volontariat : c’est pour cela que des Séminaristes et des Volontaires offrent leurs services aux petits enfants nécessiteux .

To play, press and hold the enter key. To stop, release the enter key.

press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom